Édito

Une saison de création

Depuis plusieurs années, je voulais parler du plaisir de la lecture et de la nécessité du livre dans la construction de l’individu. Lire est une action d’intériorisation intense, mais non spontanée. Apprendre à lire est l’apprentissage d’une projection hors de soi, du “transport” en d’autres lieux, sous d’autres identités. C’est une action qui, dans ce mouvement de retrait en soi, nous porte aux confins du monde connu, inaccessible, non advenu, sans que rien d’autre que nous ne soit en jeu.

Dans ce monde qui nous pousse à papillonner d’une chose à l’autre, trop rares sont les moments et les espaces où l’on nous propose de nous poser. La lecture et le spectacle vivant ont cela en commun qu’ils nous invitent à nous extraire du cours naturel des choses, à nous inscrire au présent. Ils nous permettent de nous absenter du monde quelques instants pour peut-être mieux y revenir. Ils nous aident à mieux comprendre le monde, mieux nous comprendre aussi.

En novembre 2016, à l’Abreuvoir de Salives, nous allons créer À l’ombre d’un nuage, un spectacle pour les enfants à partir de huit mois. Le point de départ de ce projet est ce moment de partage si singulier entre un enfant et un adulte lors de la lecture d’un livre, un livre qui relie. Pour ce spectacle, j’ai passé commande à l’artiste-illustrateur Vincent Godeau.

En janvier 2017, à l’espace Scènes d’Alsace, nous allons commencer les répétitions de la Rivière. Le point de départ de ce projet est une question : que reste-t-il des histoires qu’on nous racontait enfant ? J’ai passé commande à l’auteur Denis Lachaud, ce sera notre deuxième collaboration. J’avais envie de pousser plus loin le travail d’écriture que nous avions engagé avec Les grands plateaux. Avec Denis, nous avons choisi la famille pour raconter le monde et les tremblements de notre époque.

Jean-Philippe Naas, metteur en scène