Jean-Philippe Naas - metteur en scène

Après un bac scientifique et des études d’histoire de l’art à l’école du Louvre - Paris, Jean-Philippe Naas suit une formation de gestion de la culture.
Ses stages de fin d’études le conduisent dans le Nord de la France, où il va s’intéresser plus particulièrement aux dispositifs d’éducation artistique. Chargé des relations publiques, puis programmateur de spectacles pour les jeunes publics, il rencontre Christian Duchange directeur de la compagnie l’Artifice. Ce dernier l’invite à le rejoindre pour occuper les fonctions d’administrateur. A l’occasion d’une commande d’écriture passée à Christophe Honoré, Jean-Philippe Naas devient assistant à la mise en scène sur le spectacle le pire du troupeau. Cette expérience laissera des traces. Sa pratique de la danse contemporaine (auprès d’Odile Duboc, Nathalie Pernette, Jean Gaudin et bien d’autres) et du yoga, lui serviront de point d’appui pour la direction d’acteurs.
Impossible d’en rester là, la rupture avec ses anciennes fonctions est inévitable.
En décembre 2001, Il met en scène un premier spectacle à partir de contes d’Alberto Moravia.
Il ambitionne de créer un théâtre qui sollicite l’imaginaire du spectateur. Le moyen choisi est de limiter l’information, d’adopter à tous les niveaux, une attitude minimaliste. Quelques gestes essentiels, quelques notes et respirations choisies, le plateau est presque nu.
Silence et lenteur permettent à chaque spectateur de se poser des questions, trouver ses réponses et de se raconter sa propre histoire. Les spectacles se suivent et se répondent. Ils progressent par ricochets.
Et derrière l’apparente diversité des formes, la construction de soi et la place de l’autre dans cette construction constituent la colonne vertébrale du travail de la compagnie.